Programme

 

 Les intervenants :

 

GéoServices – Etat des lieux et perspectives :

Architecte de formation, Michel BERNARD s’est spécialisé dans la CAO dès les années 80 puis dans les SIG, assurant un rôle d’AMO et Consultant auprès de nombreuses entreprises et collectivités. Très investi dans la formation et les activités de recherche dans les SIG, il a aussi mené de nombreuses expertises pour la Commission Européenne et participé aux travaux du CEN TC287 sur la normalisation des langages de requête spatiale. Il a ensuite rejoint la société Esri France pour prendre la direction de l’Agence Sud et travailler à la stratégie dans le secteur public. Il s’intéresse désormais plus particulièrement au rapprochement des SIG avec le BIM.

Dark Sky Lab sur la pollution lumineuse :

Bastien NGUYEN DUY-BARDAKJI est gérant de La TeleScop, société coopérative et participative en télédétection, cartographie et appui aux politiques publiques. Ingénieur en optoélectronique et hyperfréquences, il a participé à la caractérisation technique de la station de réception directe Geosud à Montpellier et a été au centre des opérations de toutes les demandes institutionnelles d’imageries spatiales très haute résolution (Spot 6/7 et Pléiades). Il a également contribué à la mise en place du Dispositif Institutionnel National Accès Mutualisé en Imagerie Satellitaire (DINAMIS). En 2018, il fonde La TeleScop dont il est responsable du pôle Acquisition.

Permagro sur la résilience du Vignoble :

Martin BALLOT possède une double compétence en agronomie, spécialisé en agroécologie et en développement géomatique. Il est responsable des innovations chez Permagro en termes de bases de données et d’algorithmes de traitements.

OCS GE : Comment produire un millésime intermédiaire ?

Ruth MUAKANA MULUMBA est chef de projet géomatique / Ingénieur Agronome.

Actuellement chargée d’animer le laboratoire expérimentale d’occupation du sol pour OPenIG, la plateforme de diffusion des données géographique en Occitanie. Précédemment Responsable SIG au sein d’un programme d’appui de l’Union européenne au Ministère de l’environnement de la République Démocratique du Congo

Ingénieure en génie de l’environnement et spécialisée en sciences de l’information géographique (Mastère SILAT 2010), Aurélia DECHERF a participé à différents projets géomatiques alliant la télédétection et les systèmes d’information géographique. Elle a contribué à développer et expérimenter des process pour la production de cartographies de l’occupation du sol en combinant diverses sources de données, dans des domaines très variés (prévention des invasions de criquets, étude des pressions anthropiques sur les milieux naturels, modélisation hydrographique, défense…). Collaboratrice de GEOFIT depuis 2016, elle supervise le travail de photo-interprètes pour de la production et/ou la validation de gros volumes de données géographiques ; elle appuie et coordonne des projets de mise en place de cadastres ruraux à l’international ; elle développe des méthodes de validation de produits Copernicus. Aurélia a aussi mené à bien, pour GEOFIT, le projet de proof of concept d’OPenIG.

Analyse de l’impact socio-économique :

Chady JABBOUR, CEE-M, Univ. Montpellier, CNRS, INRA, Montpellier SupAgro, Montpellier, France.

Doctorant au Centre d’Economie de l’Environnement de Montpellier (CEE-M). Ses recherches concernent le développement de modèles économiques pour les infrastructures de données géo-spatiales (IDGS). Il travaille également sur les études d’impacts de l’information géo-spatiale et l’incertitude liée aux outils d’aide à la décision. chadyjabbour@gmail.com

Impacts à l’échelle de la Métropole de Montpellier :

Marc APARICIO

Depuis 2000, Ingénieur en Chef – Responsable de services SIG – Observatoire dans la fonction publique territoriale (Agglomération Nouvelle de Cergy-Pontoise, Agglomération de Montpellier puis Montpellier Méditerranée Métropole – Ville de Montpellier). Membre du Conseil d’Administration d’OPENIG.

De 1987 à 2000 : Chef de projets en SIG (nationaux et internationaux) et en informatique de gestion, scientifique et industrielle: applications à l’aménagement du territoire, infrastructure de transport, environnement, socio-économie, robotique et innovation dans différentes structures privées.

Perspectives en termes de besoins :

Stéphane ROUMEAU est ingénieur au Syndicat Mixte du Bassin de Thau en charge de la qualité de l’eau et des risques. Géophysicien de formation, il intègre la fonction publique territoriale en 2004 après une expérience en recherche et en enseignement.

Au Syndicat Mixte du Bassin de Thau, il a piloté le projet VigiThau destiné à prévenir les contaminations microbiologiques de la lagune de Thau. Aujourd’hui, la plateforme d’avertissement en place et la réalisation de travaux de fiabilisation de l’assainissement ont permis de sécuriser les productions conchylicoles sur le bassin de Thau.

En charge de l’animation de plusieurs partenariats de recherche et développement sur le bassin de Thau, son expérience l’amène à prendre en charge des projets d’innovation sur les thématiques environnementales.

Perspectives juridiques :

Perspectives en termes de données :

Géomètre de formation, Philippe ABADIE travaille à l’IGN depuis 35 ans dans différentes directions ou affectations.

Pendant une vingtaine d’années il a arpenté la France lors des premières missions BD Topo mais aussi participé à la mission de géodésie spatiale au Yémen nord en 1992 pour IGN FI

Après un détachement à Mayotte de 5 ans au service topographique de la collectivité pour l’immatriculation foncière et le cadastre, il oriente sa carrière à son retour d’outremer (après quelques missions de stéréopréparation) vers les fonctions commerciales. A partir de 2003, il est en charge de l’Aquitaine puis de la nouvelle Aquitaine. En 2012 nommé chef du département des relations extérieures, son activité évolue vers des relations plus institutionnelles et partenariales. Au 1er janvier 2019, Il est nommé délégué régional Occitanie suite à une réorganisation territoriale et stratégique de l’IGN.

Table ronde: Comment mettre en oeuvre les géoservices de demain ?

Gérant de Neogeo Technologies, Guillaume SUEUR est tombé dans la géomatique il y a 20 ans, et a créé Neogeo technologies en 2007, société spécialisée dans la géomatique OpenSource. Curieux des nouveaux usages de l’information géographique, il essaie d’insuffler dans l’activité de Neogeo ce qu’il faut d’innovation et de rationalité pour mettre en oeuvre des solutions performantes. La société met ainsi en oeuvre plusieurs infrastructures de données spatiales, à commencer par celle du Grand Lyon (data.grandlyon.com), de la région Sud Provence Alpes, Côte d’Azur (www.datasud.fr) ou encore celle de l’Ordre des Géomètres-Experts (www.geofoncier.fr). Guillaume est ainsi un observateur attentif des évolutions de l’écosystème géomatique, observations qu’il enrichit également de sa participation aux travaux de l’AFIGEO dont il est le secrétaire depuis 2017.

Les géoservices de demain :

Quelles perspectives socio-économiques pour le territoire ?

Plus de 100 participants

13 Intervenants

9 Conférences