6 - Littoral

Action 6 : Evolution du trait de côte et vulnérabilité du littoral

Responsable : UAG (Laboratoire CEREGMIA, P. Saffache)

Collaborations :

UAG (Unité GEODE, F. Dolique), DDE Martinique, UMR LOG (Lille, Wimereux, Dunkerque)

Société NEVANTROPIC

Partenaires extra-communautaires.


Texte du 28/1/2008

Objectif :

Les objectifs principaux du projet sont :

- Valider un état de référence sur images satellites du trait de côte et des variabilités hors épisodes extrêmes. Automatisation d’un processus de calcul de la position du trait de côte.

- Contribuer à la définition de la limite administrative du rivage pour permettre une gestion actualisée des 50 pas géométriques (urbanisation du littoral et protection des espaces naturels) et à la planification d’éventuels ouvrages de protection.

Les littoraux des Petites Antilles sont particulièrement surveillés car il sont soumis à des dynamiques physiques plurielles : érosion et engraissement. A ces mécanismes naturels se surimposent des facteurs anthropiques dont les conséquences sont magnifiées lors du passage des phénomènes météorologiques paroxysmiques (tempêtes tropicales, ouragans, etc.).

Ces milieux littoraux sont soumis régulièrement à des événements météo-marins extrêmes (ouragans) qui génèrent des surcotes dont la conséquence principale est la déstabilisation des rivages. Ces conditions s’aggraveront vraisemblablement dans un avenir proche, du fait des modifications climatiques globales. Il s’avère donc nécessaire pour la communauté scientifique comme pour les gestionnaires du littoral de bénéficier d’un cadre méthodologique et opérationnel de surveillance de l’évolution des milieux côtiers. En dehors des données qui serviront à la recherche appliquée, ce réseau servira à alimenter tous les organismes et institutions, demandeurs de chiffres nouveaux.

Description des activités :

Trois activités principales sous-tendent la mise en place de ce réseau expérimental de surveillance :

1. obtenir des données qualitatives et quantitatives de changements des « objets littoraux » avant et après aléa. L’idée est d’acquérir une image satellitale en situation climatique modale, pour définir un « état zéro » de référence. En cas de survenue d’un aléa paroxysmique, une autre image sera acquise afin de caractériser les changements (arasements des cordons, épandages de sable sur les platures coralliennes, présence de plumes turbides, recul des fronts de mangroves, etc.).

2. Dans le but de conforter les premières investigations grâce à la « vérité terrain », un réseau d’observation de profils topographiques sera mis en place, pour caractériser les évolutions morphologiques des sites sensibles choisis. Cette démarche repose sur l’installation de têtes de stations géoréférencées.

3. Nanti de ces informations (quantitatives et qualitatives), il conviendra de les croiser pour établir une typologie sous-tendant la dynamique d’ensemble des littoraux des Petites Antilles.

A cet effet, quatre îles seront choisies : La Martinique, La Guadeloupe, La Dominique et Sainte-Lucie.





Visitors Counter

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday37
mod_vvisit_counterYesterday35
mod_vvisit_counterThis week346
mod_vvisit_counterThis month500
mod_vvisit_counterAll154877

CB Login

CB Online

None